Aller au contenu

POUR AIMER CE MONDE EN DEVENIR ou Teilhard en clair

Réf.: SLPl290

texte annoté et commenté par Jacques Masurel

Disponibilité: Disponible Hors stock
Prix promo 11,37 € Prix normal 11,37 €

En ce milieu du XXe siècle, l’angoisse est devenue un sentiment planétaire ; c’est désormais chose banale que d'en faire état. Psychologues et économistes ont rivalisé d'ardeur afin de mettre à nu les causes de ce vertige : crainte devant des transformations sociales si rapides que les réadaptations indispensables n'ont pu être opérées à temps ; crainte devant l'effondrement corrélatif des valeurs traditionnelles, longtemps considérées comme inattaquables, crainte devant la puissance destructrice des armes nouvelles ; crainte devant l'embarras visible des hommes de science qui les ont forgées ; crainte devant les menaces de guerres, de révolutions, de famines...
Quoi d'étonnant si, au milieu de ces peurs et de ces incertitudes, une vague de pessimisme est venue déferler sur le monde, prônant l'absurdité de toutes choses, au point de faire dire à l'un d'eux : « Il s'agissait précédemment de savoir si la vie devait avoir un sens pour être vécue. Il apparaît ici au contraire qu'elle sera d'autant mieux vécue qu'elle n'aura pas de sens... »(Camus, Le Mythe de Sisyphe).
À l'heure même où s'exprimaient ainsi découragement et révolte, un homme osait s'inscrire en faux devant des postulats aussi déprimants que stériles, et leur opposer de dynamiques certitudes, établies non point sur de sentimentales rêveries, ni sur des présupposés religieux, mais sur de solides fondements scientifiques. Teilhard de Chardin, dont la pensée a conquis celle du grand compositeur Paul Misraki.