Aller au contenu

Audiolivres


  • 42 JOURS AVEC ELISABETH DE LA TRINITE


    Ces méditations s’adressent à tous ceux et celles qui souhaitent faire de leur vie quotidienne un « Sanctus » perpétuel, comme aimait à le répéter Élisabeth de la Trinité, autrement dit passer de la banalité à l’intensité. la carmélite dijonnaise a réalisé brillamment cet idéal, en vivant dans une union à Dieu continuelle. Mais elle ne s’est pas pour autant renfermée sur elle-même ! Toujours elle a eu conscience que les grâces dont elle bénéficiait étaient aussi destinées aux autres. Elle a versé le trop-plein de son coeur, par le biais de lettres nombreuses et pleines de bonté voire de tendresse, sur tous ceux qu’elle aimait : sa mère, sa soeur, ses amies d’enfance. C’est cette doctrine, d’une ferveur toute simple dans son expression, que ces quarante méditations voudraient faire connaître à tous. Choisis pour leur frappe percutante, ces textes les plus significatifs de la bienheureuse sont illustrés par des versets bibliques, des prières et des suggestions de résolutions pratiques. C’est en quelque sorte Élisabeth elle-même qui vient se placer à nos côtés avec son coeur si aimant, pour nous apprendre le secret du bonheur qui a fait la joie de sa vie. Élisabeth de la Trinité. Trop méconnue, Élisabeth de la Trinité a pourtant beaucoup à apprendre à notre monde désenchanté. Toute jeune carmélite du début du siècle dernier (elle est morte à 26 ans !), elle a célébré la splendeur de Dieu, parce qu’elle s’est laissée habiter au plus intime d’elle-même par la présence de la Très Sainte Trinité, son «Foyer d’amour». Vraie sainte de l’habitation divine, elle nous ramène à cette dimension de l’intériorité qui découle de notre baptême pris au sérieux et s’épanouit en une authentique amitié avec le Christ.

    $25,20
  • 50 PORTRAITS BIBLIQUES Paul Beauchamp sj

    Qui n'a été plus loin dans la lecture de la Bible que les premiers chapitres de la Genèse. Qui connaît la profondeur des prophètes, le sens des répétitions, peut comprendre l'utilité de la violence qui émane du texte. Paul Beauchamp, grand spécialiste de l'exégèse, trace à travers 50 portraits de deux ou trois pages chacun les grandes clés de l'Ancien Testament. Mais il ne fait pas que décrire et résumer les faits et gestes des grandes "figures" de la Bible, il nous permet d'entrer dans cette danse intérieure des mots et des sens. On trouve ainsi chez Abraham des traces de l'amour unique que Dieu nous porte. On comprend la volonté d'Alliance à laquelle Dieu nous appelle. On combat aux côtés de Jacob entre notre humanité et cet appel à la différence, à l'amour. On se demande pourquoi Moïse n'a pas accès à Canaan, alors que nous avons accès à l'Eucharistie... En somme nous toujours digne? On découvre que derrière la fausse image de Dieu, se cache un Dieu tendre et miséricordieux, comme lorsque Joseph enlève son masque pour pleurer sur ses frères.. On prend surtout conscience du rôle unique du Christ qui dévoile ce qui restait voilé, qui réconcilie ce qui était blessé... Tel le serpent exposé qui fait apparaître au grand jour ce qui se cache (p. 80), l'exposition du condamné injustement est une gloire qui guérit le coupable, qui nous guérit. La Bible traduit la violence inhérente à l'homme. Mais il ne s'agit pas de critiquer le passé mais de la voir dans nos vies (p. 111). " Quand Dieu consent à se déguisement, il s'engage du même coup à transformer le visage de l'homme dans la prodigieuse intimité qui est celle des partenaires qui se roulent ensemble dans la poussière comme dans le récit de Gn 32, 23-30." David nous réconcilie avec la louange, mais il n'est pas digne de construire le temple. En somme nous digne? Que faisons nous de ce temple intérieur auquel nous sommes appelés? Beauchamp nous livre dans ces pages une introduction précieuse au mystère même de la révélation. Mais plus encore, il signe, dans ce dernier livre publié avant sa mort, comme une synthèse accessible d'une oeuvre bien remplie au service de notre conversion intérieure. Beauchamp nous a quittés mais il nous laisse deux clés: Le Livre de Vie et à travers sa lecture, le Christ, qui concentre l'essentiel de la révélation. À travers cette lecture transversale de la Bible, on perçoit plus clairement cette longue préparation du coeur de l'homme à l'incarnation du verbe. Et ce chemin du peuple de Dieu, devient alors le notre...

    $27,72
  • ABÉCÉDAIRE DE L'ÉSPÉRANCE Marie Rouanet

    Ces petits textes se veulent des grains de rosaire, des textes pas vraiment fixés sur une formule répétitive. Ils posent cependant certaines choses certes, accompagnent les moments de prières, les réflexions, les approfondissements de savoirs anciens, les nouveautés quotidiennes, permettent de mieux prier, de mieux s’adresser dans la prière. Mais ils sont tellement peu fixés qu’entre la version papier et la version audio, beaucoup de choses ont changé déjà. C’est en fait un carnet de note où chacun peut s’ajouter, s’il pense autrement. Nous aurions pu fournir le crayon avec lelivre d’ailleurs. Pour ce qui me concerne, mes impressions, mes émotions suivent l’année liturgique. Je tiens ce sens de l’ordinaire, du temps où je rédigeais mes chroniques dans la revue Prier. Oui, j’aime l’ordinaire des jours… des nuits aussi… Il me faut une attente. Passer d’un spasme à l’autre m’est une très mauvaise formule. N’est-il pas pernicieux de toujours espérer la réalisation d’un désir? Si on s’arrête, s’insère le temps qui coule, voire même un peu d’ennui, ce qui ne me déplaît pas. Je suis en effet assez amateur d’ordinaire pour ne pas vouloir toute ma vie passer d’un état d’excitation à un autre. Ce sont des grains de rosaire cueillis à l’arbre du silence que je vous invite à entendre, à méditer, à poursuivre avec moi.

    Dans son chalet de l’Aveyron, venez vous attabler auprès de Marie Rouanet. Brèves et profondes ces méditations se dégustent, se réécoutent sans fin, portée par la voix de l’auteur. Un moment d’intimité, d’intelligence et de foi

    $22,68
  • AGAPÈ

    Agapè est le mot grec pour l’amour divin, inconditionnel et spirituel, s’ajoutant à Éros, l’amour physique, Storgê, l’amour familial, et Philia, l’amitié. C’est le terme utilisé par les chrétiens pour décrire l’amour de Dieu envers les hommes. Dans cet ouvrage vendu à des millions d’exemplaires au Brésil, le père Marcelo Rossi parle de l’amour Agapè en s’inspirant d’extraits de l’Évangile de saint Jean. Son propos n’est pas d’expliquer l’Évangile, mais de nous inviter à la réflexion et à la prière, de nous faire comprendre ce qu’est l’Agapè, l’amour de Dieu qui donne son sens à la vie. À travers ses commentaires, Marcelo Rossi aborde les questions de l’amour, de la tolérance, de l’humilité et du pardon. Avec l’épisode des Noces de Cana, il pointe le rôle essentiel de Marie, femme attentive aux inquiétudes et aux besoins de ses enfants qui porte en elle l’Agapè, l’amour sans limites, l’amour qui ne demande rien; avec le miracle de la multiplication des pains, c’est l’amour en action: donner l’hospitalité à ses frères est une part essentielle du christianisme; avec l’histoire de la femme adultère, Marcelo Rossi montre qu’une société sans miséricorde est une société de condamnations, sans émoi: jeter des pierres c’est ne pas comprendre le concept chrétien de l’amour… Amour, tolérance, humilité, pardon… Cet ouvrage n’est pas destiné qu’à un public catholique et croyant. Les valeurs prônées par Marcelo Rossi sont universelles, elles nous aident à vivre mieux, à aimer mieux et à être heureux. À contre-courant de la violence et de l’individualisme de la société actuelle, elles donnent un sens à notre vie.

    $22,68
  • AMORIS LAETITIA

    Le pape François clôture les deux synodes consacrés à la famille par Amoris laetitia – l’amour dans la famille – une exhortation apostolique postsynodale où citations bibliques, tableau de la situation actuelle, vocation de la famille : bien dont la société ne peut se passer, amour conjugal, perspectives pastorales, éducation des enfants, et intégration des divorcés remariés… se présentent dans la perspective d’une vraie charte de miséricorde pour les prochaines décennies.

    $21,42
  • AU SOUFFLE DE L'ESPRIT Père Marie Eugène de l'Enfant-Jésus

    L'enseignement donné ici par le Père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus est au coeur de son expérience personnelle et de sa doctrine spirituelle. Familier de l'Esprit Saint, il nous apprend les chemins de la prière silencieuse, qui livre à l'action transformante de l'Esprit. Or ce même Esprit saisit toujours un être pour le donner comme apôtre à l'église. C'est cette collaboration affectueuse et féconde que le P. Marie-Eugène décrit ici, pour nous en révéler les exigences et les richesses. Dans la période d'intense recherche spirituelle que nous vivons, ce livre ouvre au chrétien qui veut vivre pleinement sa grâce baptismale, l'horizon immense de la sainteté.

    $25,20
  • AUTOBIOGRAPHIE Marcel Van

    Qui es-tu, petit Van ? Quel vertige devant le courage de cet enfant espiègle, la douceur de ce grand persécuté, l'abandon de celui qui reçoit tout parce qu'il n'a rien, ce petit Vietnamien qui remue ciel et terre ! D'une famille modeste, au milieu d'innombrables épreuves personnelles, Marcel Van (1928-1959) désire devenir prêtre. Thérèse de Lisieux le choisit pour être son disciple par excellence de la " petite voie " : " Van, mon petit frère, de même que tu me considères comme une sainte selon ton désir, de même aussi tu es vraiment pour moi une âme entièrement selon mon désir. (...) Ta vocation sera d'être toujours l'Apôtre caché de l'Amour ". Si, pour des raisons de santé, Thérèse ne put se rendre à Hanoi, son coeur demeure au Vietnam, " la fille aînée de l'Église en Extrême-Orient " (Pie XI, 1933). Van renonce au sacerdoce et entre comme humble Frère Rédemptoriste au monastère de Hanoï. " Jésus me confiait une mission : celle de transformer la souffrance en bonheur. (...) Ma joie, c'est d'aimer et d'être aimé. " Alliant une grande sensibilité à une audace folle, celle d'un " saint ", il brûle sa vie dans le silence, avec comme toile de fond des bouleversements politiques, jusqu'à sa mort dans un camp du Nord-Vietnam.

    $30,24
  • AUTOBIOGRAPHIE Thérèse d'Avila

    «Qu’il est admirable de songer que Celui dont la grandeur emplirait mille mondes et beaucoup plus, s’enferme ainsi en nous qui sommes une si petite chose !»
    Thérèse d’Avila

    Ce “livre vivant” est un des premiers de la Sainte. Il n’a pas reçu de titre comme tel, en effet, les bibliothécaires de l’Escorial lui en donnèrent un qui nous a été transmis jusqu’à ce jour. De toutes ses oeuvres, la Vida est la plus longue et Sainte Thérèse se présente à nous comme écrivain. Il s’agit d’un écrit profond, saisissant, d’une révélation authentique de son âme, au point qu’elle-même l’appelle ainsi : mon âme (Lettre à Luisa de la Cerda, 23 juin 1568, 3 ; V 16, 6 ; V épilogue, 4). Sainte Thérèse a fait dans ce livre un effort systématique – le premier dans l’histoire de la pensée et de la littérature – pour déverser en ces pages la totalité de sa personne, en sorte que les critiques littéraires le considèrent comme le livre le plus personnel de toute la littérature espagnole. Sainte Thérèse ne prétend pas seulement écrire une autobiographie, mais aussi raconter sa vie au lecteur comme une histoire de salut, comme un espace de rencontre avec Dieu. La Sainte nous raconte la manière dont Dieu a pris l’initiative dans sa vie, en l’attendant (V, prologue) et en la transformant patiemment. Ainsi, le Livre de la Vida relate l’intervention de Dieu dans la vie de cette femme qu’est Thérèse de Jésus, et invite le lecteur à donner l’occasion à Dieu de diriger sa propre vie. Bien qu’écrite en diverses périodes (1562- 1565), il s’agit d’une oeuvre très pensée, avec une structure bien définie, alternant la narration de faits biographiques et l’exposé de caractère doctrinal. Ce rythme entre le narratif et le didactique est une caractéristique très particulière de l’écrivain et un trait commun de tous ses écrits. Narratrice exceptionnelle, elle ne se limite pas à transmettre une chronique, mais portée par une ardeur communicative, elle préfère guider spirituellement, faisant de la narration biographique une rampe de lancement pour l’enseignement doctrinal, cherchant que l’on accueille plus ses paroles que les réponses qui en découlent."
    Texte du Carmel de Saint-Saulve

    $28,98