Des coffrets de qualité disponibles en toutes librairies







Christianisme, audiolivre, Marcel Van, Thérèse de l'Enfant Jésus, Vietnam
Le petit frère
de Thérèse de Lisieux
















Autobiographie
de Marcel VAN
lu par Peggy de Leray

écouter un extrait

prix public TTC  24 €
durée 18 heures indexations courtes parfaitement étudiées pour une utilisation souple
Version digipack
EAN: 9782365471541
commander en ligne

Le texte
Qui es-tu, petit Van ? Quel vertige devant le courage de cet enfant espiègle, la douceur de ce grand persécuté, l'abandon de celui qui reçoit tout parce qu'il n'a rien, ce petit Vietnamien qui remue ciel et terre ! D'une famille modeste, au milieu d'innombrables épreuves personnelles, Marcel Van (1928-1959) désire devenir prêtre. Thérèse de Lisieux le choisit pour être son disciple par excellence de la " petite voie " : " Van, mon petit frère, de même que tu me considères comme une sainte selon ton désir, de même aussi tu es vraiment pour moi une âme entièrement selon mon désir. (...) Ta vocation sera d'être toujours l'Apôtre caché de l'Amour ". Si, pour des raisons de santé, Thérèse ne put se rendre à Hanoi, son coeur demeure au Vietnam, " la fille aînée de l'Église en Extrême-Orient " (Pie XI, 1933). Van renonce au sacerdoce et entre comme humble Frère Rédemptoriste au monastère de Hanoï.
" Jésus me confiait une mission : celle de transformer la souffrance en bonheur. (...) Ma joie, c'est d'aimer et d'être aimé. " Alliant une grande sensibilité à une audace folle, celle d'un " saint ", il brûle sa vie dans le silence, avec comme toile de fond des bouleversements politiques, jusqu'à sa mort dans un camp du Nord-Vietnam.

L'auteur
JOACHIM NGUYEN TÂN VAN (1928-1959), de son nom de religieux Frère Marcel, est né le 15 mars 1928 à Ngam Giao, au Viêtnam, d'une famille profondément chrétienne. Il fut baptisé le lendemain, sous le patronage de saint Joachim. Van vécut ses derniers jours dans un camp de rééducation communiste, dont il avait tenté de s'échapper pour rapporter l'Eucharistie à ses compagnons de captivité. Le désir de Dieu et de la sainteté oriente toute sa vie depuis l'enfance. Victime de mauvais traitements dans sa jeunesse, il comprit que sa mission serait de «transformer la souffrance en joie». Découvrant Thérèse de Lisieux à l'âge de 14 ans, Van se mit à son école et apprit d'elle à se confier en toutes choses à l'amour infini du Père. Il accepta de devenir comme elle un «apôtre caché de l'Amour», entrant comme frère servant dans la Congrégation du Très Saint Rédempteur et offrant sa vie en union avec celle du Christ pour l’Église, la paix, les enfants et les pécheurs. Frère Marcel Van a laissé dans ses écrits un témoignage poignant sur l'époque tourmentée de la fin de l'Indochine française. Il nous conduit à l'espérance et au partage comme seul un pauvre peut le faire. Le procès de béatification de Marcel Van a été ouvert le 26 mars 1997 au diocèse de Belley-Ars. Le Cardinal François-Xavier Nguyên Van Thuân fut le premier postulateur.

la lectrice
Dès mon très jeune âge, j’ai eu la chance d’entrer dans l’univers des livres et des mots par le truchement de ma soeur ainée, qui passionnée de littérature, voulait me faire partager ces différents univers. Elle fut ma lectrice, jusqu’à ce que j’aie atteint ma majorité et parfois aujourd’hui. Sa voix raisonnant dans le silence, me berçait et je me laissais embarquer par ces histoires qui pénétraient mon esprit et parfois mon âme lorsqu’elle me lisait la vie des Saints. Il n’y avait alors plus d’agitation, rien que ce calme et cette douceur. Cette initiation m’a conduite à aimer ces mots, ces histoires qui ne sont pas les miennes et dans lesquelles malgré tout je m’invite. J’ai voulu m’approprier ces histoires et ne plus être spectatrice mais actrice… Naissant le 28 avril 1968 à Paris, d’une mère banquière et d’un père professeur de géopolitique et géophysique, j’étudie l’Art Dramatique pendant trois ans à l’Ecole Florent et pars dans la foulée étudier à Londres pour suivre un stage avec Jack Waltzer à l’Actor Studio. Les premiers mots que je porte sont ceux de Thérèse Martin (Histoire d’une Âme), une grande amie, lors d’un travail d’atelier de scène. Plus tard je porte ceux d’une auteure contemporaine engagée, Fatima Gallaire, dont la pièce récolte plusieurs prix. Et tout commence… Je suis aujourd’hui une comédienne et une actrice française reconnue par ses pairs. Cette grande soif des mots se traduit également par les poèmes que j’écris, profanes ou sacrés, toujours cette harmonie recherchée. Mon recueil de plus de 200 poèmes sera bientôt déposé en vue d’édition et surtout j’ai le projet d’en faire la lecture sur une scène… Tout est à accomplir.

télécharger
retrouvez-nous sur notre site