Aller au contenu

UNE NEUVAINE AVEC YVON NICOLAZIC

Réf.: SLPl346

Philippe-Guy Charrière

Disponibilité: Disponible Hors stock
Prix promo 10,00 € Prix normal 10,00 €

« Yves Nicolazic, ne crains point. " Me zo Anna, mamm Mari" : je suis Anne, Mère de Marie. Dis à ton Recteur que dans cette pièce de terre que vous appelez le Bocenno, il y a eu autrefois même avant qu'il y eût ici aucun village, une chapelle dédiée à mon nom. Il y a 924 ans et six mois qu'elle a été ruinée. Je désire qu'elle soit rebâtie et que tu prennes ce soin parce que Dieu veut que j'y sois honorée ». C’est ainsi que la dame qui apparaît à Yvon Nicolazic, paysan breton, se fait connaître dans la nuit du 25 au 26 juillet 1624.
Pourquoi une neuvaine avec Yvon Nicolazic (15911645), dont on projette d’implanter la statue dans La Vallée des Saints, à Carnoët ? Peut-être parce qu’aucune n’avait encore été réalisée concernant ce personnage dont la cause de béatification est introduite à Rome depuis quelques décennies. Le livret a été conçu pour être accessible à tous. On y trouvera des prières basiques en français et en latin, qui serviront au fil de la neuvaine. Une rare biographie de Nicolazic, écrite par un bénédictin du XVIIIe siècle originaire de Rennes, Dom Alexis Lobineau (16671727), permet à chacun de découvrir le voyant et les apparitions dans un contexte proche de l’époque des apparitions. Chaque jour de la neuvaine nous offre, outre la reprise d’une prière pour demander à Dieu la béatification d'Yvon Nicolazic (due à Monseigneur Gourvès, évêque émérite de Vannes), un court passage concernant Nicolazic, un extrait de texte d’un auteur spirituel plus ou moins contemporain des faits (Pierre de Bérulle, Mère Mectilde du Saint Sacrement, saint Vincent de Paul, etc.). En fin d’ouvrage ont été signalées quelques dévotions chères à Yvon Nicolazic autour de l’eucharistie, du chapelet (une méthode complète est ici proposée si besoin est), sainte Anne, les prières pour les défunts, ces deux derniers points étant assortis de récits de miracles. Régulièrement, des notes de bas de pages indiquent au lecteur les références qu’il pourrait désirer.
L’ouvrage se veut un hommage au monde paysan, et plus particulièrement à ces paysans qui se suicident chaque année dans une indifférence quasi générale.