Aller au contenu

NOOSPHÈRE - N°1

Réf.: SLPl247
Disponibilité: Disponible Hors stock
Prix promo 11,00 € Prix normal 11,00 €

La Revue Noosphère a pour ambition de caractériser la période d’accélération de la mondialisation que nous vivons. Pourquoi ?
En premier lieu, car l’irruption fulgurante du « numérique » bouleverse tous les systèmes d’organisation humaine existants. Des relations sociales via les réseaux sociaux à la production industrielle et les prestations de services, il n’y a pas un secteur qui ne soit pas impacté par ce phénomène. La conséquence en est le foisonnement d’activités de toute nature, la création sans discontinuité de nouveaux modes d’organisation des activités humaines et le déploiement d’applications multiples secouant les systèmes existants.
En second lieu, parce que la circulation de l’information conjuguée avec la facilité des transports, à l’aide des containers, fluidifie les flux de marchandises et les flux financiers. La conséquence immédiate est l’explosion de circulation des flux humains, autrement dit les migrations. Ces trois flux se renforcent mutuellement et conduisent à une intrication planétaire et une densité de population jamais atteintes jusqu’à ce jour. Ce « serrage » planétaire, ipso facto, fait apparaître de manière aigüe les différences économiques, sociales, culturelles et religieuses. En conséquence, les causes de conflits et donc les risques de guerre s’amplifient. La dialogie « conflit-coopération » devient le creuset de l’évolution tâtonnante et caractérise les phénomènes géopolitiques que nous connaissons de la « socialisation de compression » .
Il s’agit pour Noosphère de mettre en perspective les événements scientifiques, sociologiques, économiques, sociaux, culturels, que nous vivons pour comprendre le sens de la trajectoire sur laquelle nous nous trouvons et les conséquences géopolitiques qui en résultent. Cette trajectoire d’évolution n’est pas et ne sera jamais un long fleuve tranquille. En chacun de nous, en effet, les forces de désunion sont en effet à l’œuvre en résistance aux forces d’union.
L’intrication actuelle des hommes et de leurs activités conduit à un principe écologique. Nous constituons aujourd’hui plus qu’un seul macro-éco-système planétaire. Le Pape François ne dit pas autre chose dans son encyclique Laudato Si. L’effet prédateur est ainsi suicidaire pour tous. Il n’y a donc qu’une voie possible, comme le dit Pierre Teilhard de Chardin par une formule fulgurante dont il a le génie : « En haut et en Avant vers un Centre commun ».