Aller au contenu

ÉPITRES DE PAUL

Réf.: SLP80
Disponibilité: Disponible Hors stock
Prix promo 18,00 € Prix normal 20,00 €

On entend parler de lui pour la première fois dans les Actes des Apôtres lors du martyre d’Étienne. Convaincu d’être dans le bon chemin, il poursuit sans pitié les disciples de Jésus de Nazareth, mort crucifié quelques années auparavant. C’est bien pourtant ce Jésus ressuscité qui va lui apparaître sur le chemin de Damas (entre 32 et 36 de notre ère) : « Je suis Jésus, celui que tu persécutes ». De persécuteur qu’il est, Paul devient un prédicateur inlassable du Christ. À Damas d’abord, puis dans la région de Pétra, il prêche la Bonne Nouvelle de Jésus mort et ressuscité; après trois ans il monte à Jérusalem où il rencontre Pierre et Jacques et rejoint la communauté chrétienne d’Antioche.

Autour de trois grands voyages missionnaires s'organise l'activité apostolique plus significative de Paul.
La première mission se fait sous la direction de Barnabé à Chypre et en Asie mineure.
Durant le deuxième voyage, Paul est chef de mission en compagnie de Silas et de Barnabé qui se séparera rapidement de lui. Il repasse au centre de l’Anatolie et fait route vers la Galatie évangélisant la Macédoine. Les principales villes dans lesquelles il séjourne nous sont connues par ses lettres : Philippes en Macédoine, Thessalonique, Athènes et Corinthe, Césarée pour revenir sur Jérusalem et Antioche.
Au cours de son troisième voyage, Paul regagne Éphèse où il restera plus de deux ans, au retour il repasse par Corinthe et Jérusalem où il faillit mourir lynché.
Prisonnier, il est envoyé à Rome après avoir fait naufrage au large de Malte; il continue de prêcher jusqu’à ce qu’il subisse le martyre en étant décapité (entre 64 et 67).
Comme l’affirme le Père Joseph Moingt « C’est l’appel de l’ailleurs, qui fut la vocation de Paul, et qui reste sa marque dans la vocation du chrétien. Avant que Paul ne l’entende et ne se laisse entraîner par lui, l’appel de l’ailleurs est, fondamentalement, la mission même du Verbe dans le monde, ce par quoi l’amour de Dieu s’accomplit dans le christ en salut effectivement universel »