Aller au contenu

Livres


  • CHANTEZ AU SEIGNEUR — Prier les Psaumes tout simplement

    Avez-vous lu les Psaumes ? Vous êtes-vous déjà risqué à cette aventure ? car c’en est une ! Peut-être même, désarçonné par ces poèmes rudes au langage quelque peu étranger, avez-vous refermé le livre, découragé ? Et pourtant, que de poésie, que de sensibilité, que de ferveur dans ces textes datant de deux mille ans… Pour les apprécier, comme d’ailleurs pour apprécier une personne, il faut un long compagnonnage, une familiarité qui peu à peu s’installe et s’approfondit. Cet ouvrage voudrait aider son lecteur à entrer dans cette rencontre. Après quelques pages d’introduction, une trentaine de psaumes sont proposés : texte dans la traduction liturgique, bref commentaire, explication d’un mot important pour la compréhension du psaume, et enfin texte d’un auteur, ancien ou plus récent. Une dernière partie propose quelques pistes pour « prier les psaumes ». Peut-être, après la lecture de ce livre, souhaiterez-vous faire la connaissance des cent vingt psaumes qui n’y figurent pas ? Tel est notre souhait le plus cher.

    17,00 €
  • CHARLES de FOUCAULD - Amitiés croisées

    Actes d’une journée d’études organisée par l’Université Catholique de l’Ouest d’Angers,
    cet ouvrage collectif pose un regard neuf sur Charles de Foucauld, à travers sa formation
    .
    Appelé vicomte Charles de Foucauld, Père de Foucauld ou frère Charles de Jésus, il inspire aujourd’hui la vie de nombreuses personnes ; il a été béatifié par l’Église catholique en 2005. Nous commémorons en 2016 le centième anniversaire de sa mort à Tamanrasset (Algérie).
    Charles de Foucauld fut successivement officier de cavalerie, géographe explorateur du Maroc, prêtre hôte des Touaregs musulmans du Hoggar et auteur de travaux ethnolinguistiques universellement reconnus sur ce peuple du Sahara algérien.
    En 1878-1879, après Saint-Cyr, il achevait sa formation d’officier à l’Ecole de cavalerie de Saumur.
    C’est aux cartes du comte Henry de Castries que Foucauld eut recours pour préparer son voyage d’exploration du sud marocain et à ses talents de cartographe, lorsqu’il eut à rendre compte de son itinéraire. C’est à lui qu’il confiera les prémices de son retour à la foi catholique. Islamologue, historien du Maroc, conseiller général de Maine-et-Loire pendant plusieurs décennies, Henry de Castries était le gendre du général Lamoricière et résidait une grande partie de l’année en Anjou au Chillon dans le Louroux-Béconnais. La correspondance de Foucauld qu’il avait fidèlement conservée fut la première éditée en 1938.
    C’est René Bazin, académicien, angevin, auteur d’une biographie de Foucauld maintes fois rééditée, de 1921 à 2002, qui a fait connaître Charles de Foucauld et lui a suscité un grand nombre de disciples. Ludovic Girault, père blanc, l’un des premiers missionnaires de l’Ouganda, condisciple angevin de Bazin, a eu un rôle majeur dans la décision et la documentation de l’écrivain.
    Une association de prêtres diocésains s’inspirant de la spiritualité de Charles de Foucauld s’est constituée au début des années 1950 ; Guy Riobé, prêtre du diocèse d’Angers et futur évêque d’Orléans, fut l’un de ses initiateurs et son premier secrétaire général. A cette fonction il a contribué à forger l’originalité de cette branche sacerdotale dans la postérité multiforme de Charles de Foucauld.

    20,00 €
  • CHRÉTIEN AVEC VOUS, PRÊTRE POUR VOUS

    Monseigneur Gérard Defois, archevêque émérite du diocèse de Lille, s'exprime ici, dans un entretien avec le journaliste Yohan Picquart, sur la figure du prêtre sous des angles aussi divers que complémentaires. Il aborde le sujet sous ses dimensions spirituelles, historiques, sociologiques, ecclésiastiques et humaines.
    N'esquivant aucune des questions posées, Monseigneur Defois donne dans ce livre de nouvelles clefs pour comprendre le rôle et l'identité sacerdotales depuis les débuts de l'histoire d’Israël jusqu'à aujourd'hui. De sa représentation dans l'Ancien testament à la figure du prêtre contemporain, de ses heures de gloires à ses crises les plus profondes, de la figure du curé de campagne à celle du prélat, des réalités locales aux expériences d’Eglise les plus universelles, c'est un panorama complet de la question sacerdotale qui est ici traitée en profondeur.

    20,00 €
  • COLLIOURE couleurs MATISSE

    Bonjour, pour ce premier livre inter-actif dans l'édition de l' Histoire de l' Art, je me suis attachée à mettre en avant le lien entre un lieu, un temps et un artiste. Ici la période Collioure : 1905-1914 , et l'artiste Henri Matisse. En effet, Henri Matisse, accède à Collioure, à la pleine maturité de son art et célèbre le Fauvisme lors de l'été 1905. Puis, il franchira des étapes de recherches décisives lors de ses séjours en 1906-1907-1911-1914. Pour vous accompagner dans la découverte de cette période, tout en maintenant les fondamentaux traditionnel du livre papier, j'ai imaginé relier le texte à l'outil informatique. Ainsi, d'une manière ludique et pédagogique, je vous invite à naviguer, en toute liberté, vers des sources d'informations sélectives et complémentaires à la thématique du livre : Soit à l'aide de pictogrammes, soit en vous rendant sur un site dédié où vous accéderez en un clic aux oeuvres de Matisse visibles à travers le monde. Si vous souhaitez lire le livre sans suivre de lien : c'est possible. Le dernier volet de cet ouvrage, est une découverte toute personnelle du lieu, de nos jours, dont le seul but est de vous faire aimer, tout autant que je l'aime, la "perle" de la côte rocheuse catalane et vous faire partager l'émotion particulière qu'offre la Cité des Peintres.

    20,00 €
  • COMBAT CONTRE LA FAUSSE CONNAISSANCE

    Pour qui a découvert que Dieu est et qu’il est amour, le voir est un désir. Le vaste ouvrage d’Irénée de Lyon veut, dans une période troublée, affermir la foi et rappeler que nous sommes faits pour la vision de Dieu. « Le Fils nous donne de voir Dieu de multiples manières. en effet, si nous étions privés de Dieu, nous risquerions de mourir. oui, la gloire de Dieu, c'est l'homme vivant. et la vie de l'homme, c'est la vision de Dieu. Les êtres que Dieu a créés nous le font connaître, et cette connaissance donne déjà la vie à tout ce qui existe sur la terre. Alors, quand le Fils de Dieu lui-même nous montre le Père, pour ceux qui voient Dieu par son intermédiaire, quelle plénitude de vie ! »

    12,00 €
  • COMME UN SOUFFLE, UNE VIE

    Le témoignage de foi d’un curé d’Auvergne
    Préfacé par Stan Rougier
     

    Cet ouvrage souhaite laisser filtrer la lumière qui émane d'une vie, celle du Père Victor Bogros prêtre à Clermont-Ferrand, décédé en 2014. Il nous est proposé de découvrir l'homme et le prêtre à travers le récit d'une rencontre émouvante; celle de l'auteur avec ce personnage. Par ailleurs, ses commentaires d'évangile et homélies enregistrés ont été intégralement retranscrits dans ces pages. Une parole qui nous entraîne. On voit là une figure étonnante, saisie par le souffle de Dieu. Le lecteur pourra revenir sur ses paroles comme s'il remontait boire à une source, ainsi que le faisaient les gens de la terre, altérés, éreintés par le labeur du jour.

    17,00 €
  • COMMENT ÊTRE UNE SECONDE ÉPOUSE HEUREUSE

    Une seconde épouse a plus de choses à gérer qu’une première : elle peut être comparée sans cesse par l’environnement de son mari à la précédente épouse, elle peut être confrontée à un appartement qui n’est pas le sien, à des meubles et des photos contenant mille et un souvenirs de la vie précédente, à des habitudes prises de très longue date. Elle doit s’adapter et obtenir que l’autre s’adapte à elle, à un âge où la flexibilité est moindre que chez les jeunes gens. Quelle qu’ait été son histoire personnelle, que la rencontre se soit faite à l’âge de la maturité ou de la séniorité, il est essentiel de définir les termes de l’échange : une gouvernante bien aimée en échange d’un homme généreux, courtois et bon vivant ? Une femme intelligente et cultivée en échange d’un homme aux amis choisis, aux relations vivifiantes sur le plan cérébral et qui soit autonome et fidèle à la fois ? Un homme gentil, prévenant, « bonne pâte » en échange d’une femme douce, dévouée, chaleureuse ?
    À l’heure des familles recomposées, Dominique Gouteron donne des conseils pratiques à cette « seconde épouse » et propose un mode d’emploi pour gérer le nouvel époux, mais aussi la nouvelle famille, les beaux-enfants, les amis de l’autre.
    Gaffes à éviter, compromis à négocier, limites à poser : tout est passé en revue, avec un style alerte et souvent humoristique.

    15,00 €
  • COMMENTAIRES DE LA RÈGLE DE SAINT-BENOÎT

    Quelques commentaires modernes et surtout des références assez nombreuses dans les pages consacrées à la Règle de saint Benoît, dans la Patrologie de Migne renvoient à un certain moine du IXe siècle nommé Hildemar, dont on sait fort peu de choses, et dont il était difficile de consulter le texte. Une seule édition « moderne », datant du XIXe siècle, étant disponible dans de rares bibliothèques Mais aucune traduction dans une langue moderne. Il valait la peine de se lancer dans la traduction d’un texte important pour l’histoire du monachisme bénédictin. Hildemar a été moine de la célèbre abbaye de Corbie, peut-être en a-t-il été l’abbé. Il y était en tout cas suffisamment connu pour qu’un archevêque de Milan fasse appel à lui pour réformer les monastères de son diocèse. D’autres monastères, du diocèse de Brescia, suffragant de Milan, reçoivent également l’aide d’Hildemar. C’est sans doute l’enseignement donné par Hildemar, en particulier au monastère de Civate, que reflète ce commentaire. Certaines recherches ont clairement montré que le texte dont nous disposons est constitué des notes prises par plusieurs auditeurs, sans doute des moines, et peut- être reprises par Hildemar lui-même. D’ailleurs, il existe trois versions de ce « commentaire » sous des noms différents, Hildemar, Paul Warnefrid diacre, et Basile, ces trois versions reflétant la diversité des auditeurs du véritable auteur, Hildemar lui-même. Légèrement postérieur au commentaire de la Règle, le plus ancien connu, écrit par Smaragde, celui d’Hildemar présente un intérêt majeur. Il est d’abord hautement intéressant d’assister pour ainsi dire au Chapitre d’un Abbé du 9ème siècle, en cette période de grande réforme de la vie bénédictine dans l’Occident carolingien : le style parlé du texte, avec ses redites, ses explications, ses digressions aussi, sa naïveté parfois, donne le sentiment d’entendre ce moine. Et pour des moines ou moniales du 21 ème siècle la surprise pourrait être grande de s’apercevoir que ce commentaire garde sa pertinence aujourd’hui, comme la Règle elle-même. On sent la grand expérience humaine et monastique d’Hildemar, la finesse de son intelligence, de son intuition, de sa psychologie. A d’autres égards, le texte d’Hildemar, déroute quelque peu en manifestant l’existence d’usages qui ne sont plus de notre temps : le commentaire se transforme parfois en « coutumier » et se double alors d’un intérêt historique, voire anthropologique, même si Hildemar s’attarde en des explications qui semblent sortir de son sujet. Il est évident que sa culture est immense, et il ne manque pas de donner à ses auditeurs-moines un enseignement qui n’est pas que monastique. Lui- même a fréquenté tous les « grammairiens » antiques, à côté des Augustin, Grégoire le grand, Cassien, Cassiodore, Isidore de Séville, Bède le Vénérable qu’il cite abondamment et nourrissent sa réflexion. Le texte lui-même n’a aucun caractère littéraire, et n’est pas une œuvre composée dans le souci de plaire à des esthètes, mais chaque verset de la Règle de saint Benoît est analysé, expliqué avec un soin extrême, pour des moines réels qui veulent vivre de l’esprit du Père des moines

    48,90 €