Aller au contenu

Livres


  • ITINÉRAIRE D’UN GRAND COMMIS SOUS LOUIS XV

    En dehors d’ouvrages généalogiques consacrés à La Maison Bourgeois, marquis de Boynes et d’études sur certains aspects de sa carrière – d’intendant en Franche-Comté (1754- 1757) puis intendant et premier président du parlement de Franche- Comté (1757-1761), secrétaire d’État à la Marine et aux colonies (1771- 1774) – aucune recherche d’ensemble n’avait encore été consacrée à ce grand commis de l’État que fut Pierre-Étienne Bourgeois, marquis de Boynes (1718-1783). Un homme de noblesse récente, grâce à son père, ancien changeur à Lyon, devenu trésorier de la Banque Law et qui sut amasser une belle fortune; mais d’abord, un grand juriste, solide, ardent au travail, lucide et d’une vraie fidélité à son roi. Ces qualités, Louis XV ne peut manquer de les remarquer. D’où le destin exceptionnel qu’il devait réserver à celui que ses détracteurs qualifiaient de fils de caissier pour tenter de le discréditer. Le Journal de Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes (1765-1766 ), auquel il sera fait largement appel dans cette biographie, comme son action, sont riches d’enseignements, non seulement sur les grands défis de cette époque, mais aussi sur la difficulté de réformer.
    Une situation qui n’est pas sans similitudes avec celles rencontrées à d’autres périodes de notre Histoire….

    20,90 €
  • J'AI SOIF DE TOI

    La première mission de l'évêque est d'expliquer la Parole de Dieu. Augustin a rempli cette mission par ses livres et sa prédication. Toute sa vie, Augustin prêche: il a un don extraordinaire pour annoncer le message de l'Évangile, et on aime l'entendre. Il parle toujours en expliquant un texte des Livres saints que le lecteur vient de lire devant l'assemblée. Parfois, c'est un psaume. À la fin de sa vie, plusieurs psaumes n’avaient pas été expliqués, alors des chrétiens lui ont demandé de composer des commentaires sur ces psaumes. Et il a lui-même préparé un livre qui contient des sermons sur les 150 psaumes. Dans les psaumes, Augustin retrouve toute notre vie humaine, devenue notre histoire spirituelle, route vers le royaume, soif de la patrie du ciel, marche dans le désert, combat, tentations et victoire du Christ en nous, lui qui par l’Esprit Saint nous conduit au Père.

    Retrouvez les autres titres:
    Vie d'Antoine d'Athanase d'Alexandrie
    Polycarpe de Smyrne, Imitateur du Christ
    Le Notre Père, de Cyprien de Carthage

    14,00 €
  • JÉRUSALEM, LA BOURAQ ET LE VOL MYSTIQUE

    Sur quoi l’islam fonde t-il ses revendications sur Jérusalem ? Sur une croyance : une nuit, Mahomet est réveillé par l’ange Gabriel, qui a mission de l’emmener jusqu’au ciel. Mais le voyage n’est pas direct, il y a une correspondance à Jérusalem. De là, il monte au ciel, à travers sept cieux successifs, jusqu’au huitième où se trouve Dieu. Pendant ce voyage, Gabriel lui montre l’enfer et le paradis. Puis, il va recevoir la Révélation coranique avant de redescendre. L’ouvrage examine cette croyance, depuis les premières traditions qui l’authentifie, jusqu’au livre de l’échelle, un livre qui parvient en Occident au XIIe siècle, est oublié puis redécouvert au XIXe siècle et traduit en 1991 en français par l’équipe de Michel Zink. Il examine les sources judaïques, midrashiques et chrétiennes qui traduisent une influence et des emprunts aux religions qui préexistaient à l’islam ; comment ce livre est reçu en Occident ; comment il noue l’eschatologie et l’angélologie musulmane ; agite le monde européen au XXe siècle à travers la controverse autour des sources de la Divine Comédie de Dante, et il procède à un des principaux courants mystiques musulmans.
    Comment au XIIe siècle, l’islam iranien s’est-il débattu avec cette légende ? En construisant un système entre ésotérisme, théosophie et philosophie pour rendre compte de cette expérience mystique.
    Et enfin, comment l’orientalisme européen a intégré l’islam sans jamais procéder à l’examen d’une légende qui pourtant, fonde la revendication actuelle de l’islam de Jérusalem comme de sa ville sainte.

    20,00 €
  • JÉSUS, LE CHEMIN DES OISEAUX

    "Je n’ai que du bien à dire de votre roman, sans flatterie. Vous faites pressentir l’originalité de votre travail, dont vous vous montrez conscient en laissant entrevoir une certaine appréhension, tout à fait naturelle. Mais il est clair que vous avez obéi à quelque chose de plus fort que vous, pour ainsi dire, et il ressort nettement de votre avant-propos que vous faites tout à fait vous-même le partage entre l’Écriture sainte et le roman. Votre connaissance des lieux vous aura donné une maîtrise impossible autrement. Vous nous faites vivre à neuf tant de moments cruciaux de la vie de Jésus, de celle du « Fils de l’homme » comme seule peut le faire la fiction, dont c’est la grandeur. Il y a ici une liberté qui peut conforter la méditation, car ce que vous écrivez est souvent très émouvant, à la façon de l’art. Le style est direct et simple; il nous met comme sous les yeux et dans le coeur les relations de Jésus avec tous ces personnages qui, lorsqu’ils sont fictifs, tiennent lieu quand même, avec vraisemblance, de toutes celles et tous ceux dont l’Écriture ne parle pas. Ce qui remet en mémoire la toute fin de l’Évangile de saint Jean: « Jésus a fait encore bien d’autres choses: si on les écrivait une à une, le monde entier ne pourrait, je pense, contenir les livres qu’on écrirait » (Jn 21, 25, trad. TOB). Certes cette phrase a des sens mystiques et spirituels, mais votre roman nous rappelle la dimension profondément humaine en même temps que divine de gestes de Jésus qui n’ont pu être consignés."
    Thomas De Koninck Titulaire de la chaire La philosophie dans le monde actuel Université Laval, Québec, Canada.

    20,00 €
  • L HOMME EST L ESPERANCE DE DIEU

    À une époque où nombre de personnes mettent en avant l’animalité de l’homme et l’humanité de l’animal, il est important de rappeler avec le père Maurice Zundel, que non seulement l’homme est le sommet de la création, mais qu’il est l’espérance de Dieu.
    Pour répondre à cette espérance, nous avons besoin de Dieu, mais Dieu a besoin de nous. La vie spirituelle, dans ses premières phases, est, selon les anciens, une invitation pour chacun d’entre nous à ne pas baisser les bras mais à désirer de tout son cœur tendre vers Dieu.
    Écoute et ouverture du cœur sont les prémices d’une transformation intérieure que Dieu portera à sa perfection quand Il le souhaitera. Ce modeste ouvrage est le fruit de l’imprégnation de la parole de Dieu lue et commentée dans le contexte de notre vie quotidienne. N’opposons pas, en effet, ce qui ne fait qu’un mais prenons les moyens, avec l’aide de Dieu de grandir avec Lui, humainement et spirituellement.
    Patrice Gourrier, prêtre et psychologue, dirige actuellement à la demande de Mgr Wintzer, Archevêque de Poitiers, un centre de méditation au cœur de l’abbaye bénédictine Sainte-Croix. Attentif aux nouvelles attentes spirituelles, il s’adresse dans un langage contemporain et sans formule toutes faites, à tous ceux et celles qui ont une quête intérieure, désireux d’y répondre en se mettant à la suite de Jésus-Christ.

    17,00 €
  • L' ANGE QUI PLEURAIT suivi du CONTE D'ÉPIPHANIE

    L'ange qui pleurait
    Qui est ce mystérieux étranger rencontré sur les routes ? Dans ses yeux clairs, il y a le ressac des flots qui brassent la misère et l'espoir : on peut le voir ou l'ignorer. Entre rêve et réalisme, le conte évoque le patient tissage du visible et de l'invisible, les lentes accordailles du ciel et de la terre. L'histoire est de tous les temps : Agnès, la douce, dont le sourire est le refuge, Jo, le sombre compagnon, disent nos luttes, complexes et banales, comme la vie. L'histoire mène à la lumière de Noël.
    Conte d'Épiphanie
    « Depuis des semaines, ils étaient immergés dans une grande aventure. Non, ils répondaient à un appel qui avait un jour empoigné Mélissa : il fallait retrouver l'étoile qui avait mis en chemin, jadis, les Mages de l'Orient ». Quatre enfants décident de devenir les Mages. Ils savent bien que cette histoire est trop ancienne pour être revécue telle quelle, alors c'est dans le quotidien de leur vie de jeunes de notre temps qu'ils vont se mettre en marche. L'étoile les conduira là où évidemment ils ne pensaient pas, et ce sera si simple…

    8,00 €
  • L'AMOUR DE DIEU

    Entre tous les écrits de saint Thomas de Villeneuve, il y a le Traité de l’amour de Dieu. Un texte majeur arrivé jusqu’à nous sous deux formes : sous la forme de trois sermons et sous la forme d’un livre. Dans ce Traité de l’amour de Dieu Saint Thomas de Villeneuve fait comme une sorte de synthèse de sa doctrine spirituelle. En réalité tous ses autres écrits ne font que développer la doctrine spirituelle contenue dans ce livre. La doctrine exposée dans ce petit livre est fondée sur saint Augustin et saint Bernard.
    C’est la raison pour laquelle, il nous a paru pertinent d’ajouter sous forme de notes de pied de page, les textes parallèles de saint Augustin et de saint Bernard. Il est doublement essentiel de faire connaître ce Traité de l’Amour de Dieu aux chrétiens d’aujourd’hui : la première est la haute spiritualité, cependant abordable, du contenu ; la seconde que les démarches pour la reconnaissance de saint Thomas de Villeneuve comme Docteur de l’Église sont aujourd’hui très avancées à Rome.

    18,00 €
  • L'ANGE DE COMPOSTELLE

    L’auteur, pèlerin au long cours, part seul à pied sur une route de 2000 kilomètres qu’il boucle en soixante-deux jours. dans cette quête de sens, à l’écoute de la Bible et des ancêtres du chemin, tant de pensées vont se dire de Paris à Vézelay, de Saint-léonard- de- Noblat à roncevaux, de Burgos à Santiago.
    Toutes les étapes sont improvisées. Les aventures se succèdent, inattendues, savoureuses, parfois austères et ascétiques. Le routard sait rire de lui-même alors que la pluie, le froid, la chaleur ou le rejet des autres l’accablent. Seul ? oui, mais mystérieusement accompagné de Raphaël, l’ange de Tobie, qui va le harceler de questions et lui prodiguer courage et humour pour achever l’improbable cheminement de sueur et de prière. en accomplissant son rêve de foi, il satisfait son désir d’une rencontre avec lui-même et avec Quelqu’un. L’ange est la figure médiatrice entre le marcheur et l’invisible qui l’aimante. Avec l’ange, le terme du pèlerinage se goûte déjà au long du chemin. la marche devient le but, parce que la joie spirituelle est dans le mouvement complice de l’âme et du corps. vivre c’est faire marcher l’âme de son corps sur la terre de Dieu.

    20,00 €