Aller au contenu

Livres


  • HOMÉLIES - Avent

    L'homélie est une actualisation du message scripturaire, de telle sorte que les fidèles soient amenés à découvrir la présence et l'efficacité de la Parole de Dieu dans l'aujourd'hui de leur vie. Elle doit aider à la compréhension du Mystère qui est célébré, inviter à la mission, en préparant l'assemblée à la profession de foi, à la prière universelle et à la liturgie eucharistique. Par conséquent, que ceux qui, en vertu de leur ministère spécial, sont députés à la prédication, prennent à coeur ce devoir. On doit éviter les homélies vagues et abstraites, qui occultent la simplicité de la Parole de Dieu, comme aussi les divagations inutiles qui risquent d'attirer l'attention plus sur le prédicateur que sur la substance du message évangélique. Il doit être clair pour les fidèles que ce qui tient au cœur du prédicateur, c'est de montrer le Christ, sur lequel l'homélie est centrée. Pour ce faire, il convient que les prédicateurs aient une familiarité et un contact assidu avec le texte sacré;[210] qu'ils se préparent pour l'homélie dans la méditation et la prière afin de pouvoir prêcher avec conviction et passion. L'Assemblée synodale a exhorté à considérer les questions suivantes: «Que disent les lectures proclamées? Que me disent-elles à moi personnellement? Que dois-je dire à la communauté, en tenant compte de sa situation concrète?». [211] Le prédicateur doit «être le premier à être interpellé par la Parole de Dieu qu'il annonce »,[212] car, comme le dit Saint Augustin: «qui prêche extérieurement la Parole de Dieu et ne l'écoute pas intérieurement ne peut pas porter du fruit».[213] Qu'on prenne particulièrement soin de l'homélie du dimanche et des solennités; mais qu'on n'omette pas aussi durant les Messes cum populo en semaine, si possible, d'offrir de brèves réflexions appropriées à la situation, pour aider les fidèles à accueillir et faire fructifier la Parole qu'ils ont écoutée."
    Benoit XVI, in Verbum Domini, du 30.9.2010, numéro 59

    22,00 €
  • HOMÉLIES - Noël

    L'homélie est une actualisation du message scripturaire, de telle sorte que les fidèles soient amenés à découvrir la présence et l'efficacité de la Parole de Dieu dans l'aujourd'hui de leur vie. Elle doit aider à la compréhension du Mystère qui est célébré, inviter à la mission, en préparant l'assemblée à la profession de foi, à la prière universelle et à la liturgie eucharistique. Par conséquent, que ceux qui, en vertu de leur ministère spécial, sont députés à la prédication, prennent à coeur ce devoir. On doit éviter les homélies vagues et abstraites, qui occultent la simplicité de la Parole de Dieu, comme aussi les divagations inutiles qui risquent d'attirer l'attention plus sur le prédicateur que sur la substance du message évangélique. Il doit être clair pour les fidèles que ce qui tient au cœur du prédicateur, c'est de montrer le Christ, sur lequel l'homélie est centrée. Pour ce faire, il convient que les prédicateurs aient une familiarité et un contact assidu avec le texte sacré;[210] qu'ils se préparent pour l'homélie dans la méditation et la prière afin de pouvoir prêcher avec conviction et passion. L'Assemblée synodale a exhorté à considérer les questions suivantes: «Que disent les lectures proclamées? Que me disent-elles à moi personnellement? Que dois-je dire à la communauté, en tenant compte de sa situation concrète?». [211] Le prédicateur doit «être le premier à être interpellé par la Parole de Dieu qu'il annonce »,[212] car, comme le dit Saint Augustin: «qui prêche extérieurement la Parole de Dieu et ne l'écoute pas intérieurement ne peut pas porter du fruit».[213] Qu'on prenne particulièrement soin de l'homélie du dimanche et des solennités; mais qu'on n'omette pas aussi durant les Messes cum populo en semaine, si possible, d'offrir de brèves réflexions appropriées à la situation, pour aider les fidèles à accueillir et faire fructifier la Parole qu'ils ont écoutée."
    Benoit XVI, in Verbum Domini, du 30.9.2010, numéro 59

    22,00 €
  • HOMMAGES AUX PÈRES BAUDRY ET MARTELET - Colloque

    Les Pères Gustave Martelet sj et Gérard-Henry Baudry furent deux éminents théologiens au service de la pensée de Pierre Teilhard de Chardin. Le premier, en propagandiste brillant et infatigable de cette pensée s’est montré dans cette mission un digne fils de Saint Ignace. Le second, mettait à l’exégèse érudite des œuvres du Père Teilhard la minutie d’un bé- nédictin qu’il n’était pas… On leur doit à tous deux de nombreux ouvrages et de multiples articles et conférences qui ont beaucoup contribués à faire connaître Teilhard et aimer sa pensée. Cet ouvrage propose de retrouver leurs parcours, au travers de témoignages et de la collecte d’écrits particulièrement repré- sentatifs de leurs pensées. Puisse le souvenir de ces deux grandes figures contribuer à mieux faire connaître l’originalité et la profondeur et de l’actualité de la pensée du Père Teilhard de Chardin.

    14,00 €
  • IL EST VENU LE TEMPS DU RÉVEIL

    Dans ces billets d’humeur rédigés au fil de plusieurs années liturgiques et civiles, Monseigneur François Garnier nous invite à partager ses exhortations et ses analyses de pasteur. Rédigés d’une plume pleine d’allant, sans concession mais toujours bienveillante, ses méditations tout en profondeur et originalité s’adressent au peuple chrétien d’aujourd’hui qui y trouvera une nourriture spirituelle, morale et intellectuelle consistante en pleine actualité avec les temps qu’ils vivent.

    15,00 €
  • ILS SONT PLEINS DE VIN DOUX

    Après un regard technique et une analyse détaillée qui révèle l'abondance du vocabulaire utilisé dans la Bible sur la vigne et le vin, l'auteur nous conduit sur des pistes de réflexion très diverses. Il regarde d'abord la place de la vigne, de son fruit et de l'usage du vin dans la vie, profane et religieuse, du peuple d'Israël. De là il nous entraîne sur la piste de la réflexion biblique, dans l'Ancien et le Nouveau Testament, étudiant tour à tour tous les sens que peuvent prendre, dans les divers textes, la vigne et le vin, de la comparaison à la métaphore et de l'allégorie au sacrement. La découverte se poursuit avec l'élaboration théologique que font sur ces deux thèmes l'évangéliste Jean, l'apôtre Paul et l'auteur de la lettre aux Hébreux. Il montre ensuite la richesse de la tradition chrétienne, en commençant par les Pères de l’Église, orientaux et occidentaux. Mais l'auteur ne s'arrête pas là et nous fait découvrir enfin, par quelques exemples, comment vigne et vin ont été au coeur de la vie, et parfois des controverses, de l’Église au cours des siècles, jusqu'à certains aspects de la vie d'aujourd'hui.

    18,00 €
  • ITINÉRAIRE D’UN GRAND COMMIS SOUS LOUIS XV

    En dehors d’ouvrages généalogiques consacrés à La Maison Bourgeois, marquis de Boynes et d’études sur certains aspects de sa carrière – d’intendant en Franche-Comté (1754- 1757) puis intendant et premier président du parlement de Franche- Comté (1757-1761), secrétaire d’État à la Marine et aux colonies (1771- 1774) – aucune recherche d’ensemble n’avait encore été consacrée à ce grand commis de l’État que fut Pierre-Étienne Bourgeois, marquis de Boynes (1718-1783). Un homme de noblesse récente, grâce à son père, ancien changeur à Lyon, devenu trésorier de la Banque Law et qui sut amasser une belle fortune; mais d’abord, un grand juriste, solide, ardent au travail, lucide et d’une vraie fidélité à son roi. Ces qualités, Louis XV ne peut manquer de les remarquer. D’où le destin exceptionnel qu’il devait réserver à celui que ses détracteurs qualifiaient de fils de caissier pour tenter de le discréditer. Le Journal de Pierre-Étienne Bourgeois de Boynes (1765-1766 ), auquel il sera fait largement appel dans cette biographie, comme son action, sont riches d’enseignements, non seulement sur les grands défis de cette époque, mais aussi sur la difficulté de réformer.
    Une situation qui n’est pas sans similitudes avec celles rencontrées à d’autres périodes de notre Histoire….

    20,90 €
  • J'AI SOIF DE TOI

    La première mission de l'évêque est d'expliquer la Parole de Dieu. Augustin a rempli cette mission par ses livres et sa prédication. Toute sa vie, Augustin prêche: il a un don extraordinaire pour annoncer le message de l'Évangile, et on aime l'entendre. Il parle toujours en expliquant un texte des Livres saints que le lecteur vient de lire devant l'assemblée. Parfois, c'est un psaume. À la fin de sa vie, plusieurs psaumes n’avaient pas été expliqués, alors des chrétiens lui ont demandé de composer des commentaires sur ces psaumes. Et il a lui-même préparé un livre qui contient des sermons sur les 150 psaumes. Dans les psaumes, Augustin retrouve toute notre vie humaine, devenue notre histoire spirituelle, route vers le royaume, soif de la patrie du ciel, marche dans le désert, combat, tentations et victoire du Christ en nous, lui qui par l’Esprit Saint nous conduit au Père.

    Retrouvez les autres titres:
    Vie d'Antoine d'Athanase d'Alexandrie
    Polycarpe de Smyrne, Imitateur du Christ
    Le Notre Père, de Cyprien de Carthage

    14,00 €
  • JÉRUSALEM, LA BOURAQ ET LE VOL MYSTIQUE

    Sur quoi l’islam fonde t-il ses revendications sur Jérusalem ? Sur une croyance : une nuit, Mahomet est réveillé par l’ange Gabriel, qui a mission de l’emmener jusqu’au ciel. Mais le voyage n’est pas direct, il y a une correspondance à Jérusalem. De là, il monte au ciel, à travers sept cieux successifs, jusqu’au huitième où se trouve Dieu. Pendant ce voyage, Gabriel lui montre l’enfer et le paradis. Puis, il va recevoir la Révélation coranique avant de redescendre. L’ouvrage examine cette croyance, depuis les premières traditions qui l’authentifie, jusqu’au livre de l’échelle, un livre qui parvient en Occident au XIIe siècle, est oublié puis redécouvert au XIXe siècle et traduit en 1991 en français par l’équipe de Michel Zink. Il examine les sources judaïques, midrashiques et chrétiennes qui traduisent une influence et des emprunts aux religions qui préexistaient à l’islam ; comment ce livre est reçu en Occident ; comment il noue l’eschatologie et l’angélologie musulmane ; agite le monde européen au XXe siècle à travers la controverse autour des sources de la Divine Comédie de Dante, et il procède à un des principaux courants mystiques musulmans.
    Comment au XIIe siècle, l’islam iranien s’est-il débattu avec cette légende ? En construisant un système entre ésotérisme, théosophie et philosophie pour rendre compte de cette expérience mystique.
    Et enfin, comment l’orientalisme européen a intégré l’islam sans jamais procéder à l’examen d’une légende qui pourtant, fonde la revendication actuelle de l’islam de Jérusalem comme de sa ville sainte.

    20,00 €